Le Dr. Abdourahmane SARR est de cette jeunesse africaine bien formée, expérimentée, et engagée, qui pense qu’elle est capable de prendre le destin du continent en main. Pout cela, il faut innover et dynamiser nos économies locales afin d’éliminer le chômage, rendre le coût de la vie abordable, et faire en sorte que les populations puissent financer leurs besoins en santé, éducation, et infrastructures de base là où elles vivent dans des valeurs d’autonomie et de liberté (Moom Sa Bopp Mënël Sa Bopp), et non de la main tendue.

Qui est Abdourahmane SARR?

Le Dr. Abdourahmane SARR a 45 ans. Il est titulaire d’une Maîtrise en Administration Publique de l’Université de Harvard à Boston où il a été Edward S. Mason Fellow en Politique Publique. Il est diplômé en Economie et Finance de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales (HEC) de Montréal, et est titulaire d’un Ph.D et d’un MPhil en Economie de l’Université George Washington à Washington DC.  Abdourahmane SARR a été Economiste Principal et Représentant Résident du Fonds Monétaire International (FMI) au Togo et au Bénin.

Il a démissionné de ses fonctions de Représentant du FMI au Togo en Octobre 2011 pour se consacrer à son pays. Il a été économiste du FMI pendant 15 ans. Spécialiste des questions monétaires, il a également été Conseiller Macroéconomique de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pour le compte du FMI.  Il a travaillé ou dirigé des missions sur des pays aussi variés que la Tunisie, le Maroc, la Guyane, l’Ukraine, la Bosnie, le Ghana, la Zambie, le Burundi, le Cameroun ou encore la Thaïlande sur des questions macroéconomiques, monétaires et financières. Il est l’auteur de plusieurs études sur des questions monétaires, bancaires, et financières.

Il est marié et père de deux enfants. Son épouse, Safiétou NDIAYE, est professionnelle dans le domaine de la gestion des ressources humaines depuis 14 ans à la Banque Mondiale.

Quelle est sa vision pour le Sénégal?

Sa vision du Sénégal, est un Sénégal décentralisé en Cité-Régions autonomes dans lesquelles les citoyens sont en mesure de satisfaire leurs besoins là où ils vivent sans tendre la main à autrui. Ces Cité-Régions autonomes participeraient dans la paix et la solidarité à la construction nationale. Dans un tel contexte, nous aurons  également une Casamance apaisée. Nous rêvons d’un Sénégal leader et intégré dans la sous-région, et dans une UEMOA disposant de tous les outils de gestion économique pour réaliser un bloc économique prospère qui compte en Afrique et dans le monde.

Comments are closed.